JE SUIS UNE LEGENDE

Publié le par broots

iamlegend.jpg


Robert Neville était un savant de haut niveau et de réputation mondiale, mais il en aurait fallu plus pour stopper les ravages de cet incurable et terrifiant virus d'origine humaine. Mystérieusement immunisé contre le mal, Neville est aujourd'hui le dernier homme à hanter les ruines de New York. Peut-être le dernier homme sur Terre... Depuis trois ans, il diffuse chaque jour des messages radio dans le fol espoir de trouver d'autres survivants. Nul n'a encore répondu.
Mais Neville n'est pas seul. Des mutants, victimes de cette peste moderne - on les appelle les "Infectés" - rôdent dans les ténèbres... observent ses moindres gestes, guettent sa première erreur. Devenu l'ultime espoir de l'humanité, Neville se consacre tout entier à sa mission : venir à bout du virus, en annuler les terribles effets en se servant de son propre sang.
Ses innombrables ennemis lui en laisseront-ils le temps ? Le compte à rebours touche à sa fin...



Bon, autant le dire tout de suite, si vous avez lu le roman éponyme de Richard Matheson, vous n'allez pas retrouver grand chose...
J'ai lu le bouquin il y a moins d'un an sans savoir qu'une adaptation ciné se profilait, du coup j'ai l'esprit assez clair par rapport à l'histoire originale.

Si le postulat initial est commun : un homme seul au milieu d'une ville (et d'un monde ?) dévasté par un virus mortel qui transforme la quasi totalité des contaminés en zombies (bien que dans le livre ça soit plutôt des vampires), le contenu du film est totalement différent, plus édulcoré, l'exemple le plus frappant étant la fin, qui différe totalement du livre...

Bon, une fois accepté le fait que le film allait dans une direction différente et prenait ses libertés avec le roman, j'ai pu apprécié le jeu d'acteur de Will Smith (il ira loin ce ptit :) ), les décors (hallucinante ville desertée), l'ambiance glauque et la tension permanente, la quasi absence d'humour (alors que nos amis ricains en saupoudrent d'habitude allégrement ce genre de film pour en atténuer la noirceur), l'histoire qui, bien que réécrite donc (cf plus haut) est plutôt prenante et cohérente.

Le moins maintenant ? Les sfx des créatures qui sont assez moyens (bon en même temps, ce n'est pas un film de zombies, les "monstres" ne sont là que pour mettre en valeur le caractère incertain de sa survie) et la fin, donc, que j'ai trouvé décevante (pourquoi les US doivent systématiquement nous coller un "Dieu veut ci, Dieu veut ça" ?) et surtout trop "positive" par rapport au bouquin. 

Ceux qui ont vu le film doivent se dire "où il a vu du trop positif, lui ?" mais je vous assure que par rapport au livre, ça se finit pas si mal :))

Et surtout, la dernière phrase du livre est "je suis une légende" et cette phrase prend tout son sens, toute sa portée et est d'une logique et d'une force exceptionnelles. Là, l'astuce pour rebondir sur le titre du film est un peu tirée par les cheveux...

Mais je ne vais pas cracher dans la soupe, ça reste un bon film, à l'ambiance sombre, avec suffisamment d'action pour nous tenir en haleine, mais aussi avec des instants émouvants, intimes, plus centrés sur le personnage de Neville, qui mettent bien en valeur le côté utopique de sa quête, sa solitude, le fait que sa santé mentale soit toujours sur le fil du rasoir, entre lucidité et folie.

Du coup, je crois que je vais me refaire Le survivant, autre adaptation du roman de Matheson, parce que je n'en ai plus aucun souvenir et je voudrais voir si ça colle plus au roman...

Publié dans archives cinéma - DVD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vance 29/12/2007 13:46

Mais tu as mis ça en ligne ce matin ! Transmission de pensée... je viens de poster ma chronique. ;o)

Vance 29/12/2007 13:26

Le film de Boris Segal est repassé tout récemment dans une soirée Matheson, avec l' Homme qui rétrécit. J'ai enregistré...
Sinon, tout à fait d'accord avec toi sur le film.